L'EQUIPE

Maxime n'a jamais autant utiliser son cerveau d'ingénieur que depuis qu'il vit dans l'oliveraie ! Il aime imaginer et construire des systèmes économes en énergie pour que notre mode de vie soit le plus écologique possible.

 

En quête de semences paysannes glanées dans notre région, il souhaite faire du potager une source de saveurs et parfums inédits.

Il a d'ailleurs créé la Maison des Semences Paysannes Maralpines,  un collectif de paysans, jardiniers, chefs, citoyens et chercheurs militant pour une gestion dynamique des semences paysannes dans les Alpes-Maritimes.

Marine est passionnée de cueillette sauvage. Elle aime transformer plantes médicinales, fleurs et fruits en de savoureuses préparations... ou en potions magiques ! 

La cuisine sauvage est, pour elle, une source intarissable d'explorations, de joie et de créativité.

Elle se forme à la phytothérapie et anime des ateliers autour des remèdes et de la cuisine à base de plantes sauvages.

Retrouvez-la sur www.lacueilleusesauvage.com ou @lacueilleusesauvage

Elle arpente les routes de sa région à la recherche d'usages et savoir-faire traditionnaux autour des plantes médicinales. 

Vivre dans la nature sauvage est un terrain de jeu culinaire illimité. Quelle chance de pouvoir cheminer sous les oliviers en quête d'une nouvelles odeurs et saveurs. C'est une source d'inspiration pour ma cuisine mais aussi mes bijoux. 

Dans l'oliveraie, on trouve des pierres aux énergies diverses mais aussi des graines... Après les avoir semées en terre, dégustées au coin du feu, quelle joie d'en faire une boucle d'oreilles qui nous accompagne dans notre chemin de vie. 

Après avoir passé plusieurs années à vivre une vie régie par la liberté de mouvement, au rythme des emplois saisonniers, tantôt en stations touristiques, tantôt en voyage autour du globe, il m’est apparu comme un manque. Cette vie volatile ne me convenait plus.


Ma quête de sens a alors commencé. Ayant compris qu’il existait bien des chemins, tous très différents les uns des autres, il a fallu trouver une direction à prendre.

Celle de l’agriculture, et en particulier celle de l’oléiculture qui m'a été proposée en chemin, en est devenu une évidence.
Du moins la culture de l’olivier comme on l’entend ici, au plus proche de la Nature. Avec une intervention humaine certes nécessaire mais limitée, avec une recherche permanente d’équilibre entre nous et notre environnement.


Le choix de venir vivre dans la montagne au milieu des oliviers n’a en rien rendu facile et confortable le quotidien, mais m’a rendu accessible la beauté et la douceur de nos vies sur cette terre.


Peut-être ai-je trouvé le chemin qui est le mien, seuls les fruits des prochaines récoltes pourront me le dire. 

© Autonomia Project